Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Sam. 6 oct. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 20h45 - Sexe, magouilles et culture générale de Laurent Baffie par la Pirouette Théâtre (59)
  • Vend. 5 oct. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 20h45 - Sacrées canailles de Charles Istace par les Utopistes (37)
  • Sam. 29 sept. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 14h45 - Les amis du placard de Gabor Rassov par La Belle équipe (Paris), suivi de A ta santé Hubert, de Claude Cohen par Vestiaire des filles (Castres)


Enquête


Handicap :

Philippe Cantet a stoppé
sa grève de la faim

La décision est tombée cet après-midi : Camille intègrera l’Unité localisée d’inclusion scolaire (Ulis) du collège France-Bloch-Serzain, à Poitiers. Le père de cette adolescente handicapée a décidé de cesser la grève de la faim qu’il avait entrepris le 14 mai dernier.

Philippe Cantet a redémarré sa camionnette vers 17h. Elle était stationnée devant le Conseil général, place Aristide-Briand, depuis vingt-cinq jours. Originaire de Chenevelle, près de Châtellerault, il s’était engagé dans une longue lutte pour rescolariser sa fille dans un établissement adapté.

Réunie ce matin, la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) a accordé à Camille une « période d’essai de quatre mois » en Ulis à compter de la rentrée scolaire de septembre 2012. Au terme de ce « stage », une équipe évaluera sa capacité à s’intégrer au groupe. « Comme nous n’avons pas le droit d’orienter les élèves vers un établissement pour une durée inférieure à un an, nous l’avons affecté, sur le papier, à l’Institut régional des jeunes sourds jusqu’au 31 juillet 2013. Mais il est bien entendu que Camille restera en Ulis, si tout se passe comme prévu,  », précise Valérie Champion, conseillère générale en charge du handicap.


« Même si je ne comprends pas bien le principe des quatre mois de stage, cette décision va dans le bon sens », conclut Philippe Cantet, heureux de retrouver enfin son lit ce soir. Mais il ajoute : « Beaucoup d’autres parents comme moi se retrouvent démunis face aux décisions de la Maison départementale des personnes handicapées. Mes banderoles ne sont que remisées pour plus tard. Elles ressortiront sûrement. »

Romain Mudrak le 07/06/12

A lire également :

Reportage photo
Programmes de Cinéma Place publique Plaire, aimer et courir vite Présentation de trimestre

Publicité

Les dépêches

20/09/2018
Le projet de territoire présenté ce soir Lire la suite
19/09/2018
Basket/coupe de France - Le PB sans souci à La Rochelle (74-62) Lire la suite
19/09/2018
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une information judiciaire Lire la suite
18/09/2018
Radio - Edouard Baer s'invite à Poitiers le 30 septembre Lire la suite
18/09/2018
Nouaillé-Maupertuis : pétition en ligne pour la sécurisation du carrefour Lire la suite
17/09/2018
Un appel à témoins après la collision boulevard de Pont-Achard Lire la suite
16/09/2018
Rugby : le Stade poitevin s'impose face au Club ominisports couronnais Lire la suite
Archives

    Publicité


    Publicité
      les rubriques informations pratiques