Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >




Bloc-notes

  • Samedi 28 avril - 9h à 17h Jardin - Troc de plants au Foyer du Porteau, salle Gérard-Gaschet, 138 rue de la Grange Saint-Pierre.
  • Jeudi 26 avril - 17h30 Tchat sur les régimes. Posez dès maintenant toutes vos questions au Dr Piguel, chef du service d'endocrinologie du CHU sur chu-poitiers.fr.
  • 28-29 avril Les Forbans en concert pour Solidarité Handicap 86, samedi et dimanche à partir de 15h. Première partie : Christophe Ravet et les Rolling Sonotone - Papa soul club. Animations : volley en fauteuil, kart bi-place... Tarif : 20€.


Enquête


Drogues :

Petits dealers et grosses saisies

En 2017, la brigade des stupéfiants de Poitiers a saisi près de 40kg de drogues. Loin des plaques tournantes de la région parisienne, l’agglomération est le théâtre d’un petit trafic que les enquêteurs parviennent à contenir, grâce à des méthodes d’investigation efficaces.

Pour les « Stups », suivez l’odeur ! Dans les étages du commissariat de police de Poitiers, il flotte un parfum... de cannabis. Le chef de la brigade des stupéfiants vient de sortir du coffre-fort la dernière saisie. Dix kilogrammes de résine, conditionnés en petits blocs. Une « belle prise », du propre aveu du commandant Eric Olivier, qui vient gonfler les bilans du début d’année. « Depuis janvier, nous en sommes déjà à 13kg de résine de cannabis. »

Rattachée aux services de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), la brigade des stupéfiants poitevine est composée de six policiers et travaille en étroite collaboration avec le groupe d’appui judiciaire, la brigade anti-criminalité et les agents de terrain. En 2017, ses investigations, conjuguées aux flagrants délits, ont permis de saisir 30kg de résine de cannabis, donc, mais aussi 5,5kg d’herbe, 700g de cocaïne et 3kg d’héroïne. « Contrairement à d’autres régions, la consommation de cocaïne ne s’est pas encore démocratisée dans la Vienne, constate le commandant Olivier. D’autres drogues sont saisies de manière plus ponctuelle, comme les amphétamines, les champignons, la métadone... » Pour endiguer le trafic de stupéfiants dans la Vienne, la brigade s’appuie sur un réseau de sources, autrefois appelées « indics ». Elle utilise en outre la surveillance et les écoutes téléphoniques pour piéger les dealers. « Soyons clairs, il n’y a pas de grand caïd dans l’agglomération de Poitiers. Le trafic est principalement localisé à l’est et au sud de la ville. Nous constatons qu’il attise la violence et engendre des règlements de compte dans certains quartiers. Le phénomène prend de l’ampleur au fil des ans. »

De plus en plus de mineurs

L’an dernier, à Poitiers, 476 adultes ont été auditionnés ou interpellés dans le cadre d’affaires de stupéfiants. Fait particulièrement nouveau, 193 mineurs sont également passés dans les bureaux du commissariat pour rendre des comptes sur leur implication dans les trafics. « Il s’agit principalement de lycéens attirés par l’argent facile, reprend le commandant Olivier. Dealer un peu de drogue n’engendre pas de lourdes peines de prison, alors beaucoup s’y engouffrent avec insouciance. » Pour contourner les écoutes téléphoniques, les jeunes trafiquants communiquent désormais par messagerie instantanée, ce qui complique la tâche aux enquêteurs.

Au commissariat, l’heure est venue de remettre la saisie au coffre-fort. L’avenir des 10kg de cannabis est d’ores et déjà scellé. « Nous ne stockons plus la drogue très longtemps. Dans quelque temps, ces blocs de résine seront incinérés. » Gare à celui qui inhalera les vapeurs du bûcher...

 

Drogue en transit

La DDSP n’a pas le monopole de la lutte contre le trafic de stupéfiants, bien au contraire. La direction régionale des douanes de Poitiers, qui compte 280 agents en ex-Poitou-Charentes et Limousin, a ainsi saisi 3,4 tonnes de résine de cannabis en 2017 ! Une quantité pharaonique destinée à alimenter les réseaux de distribution des grandes villes françaises. La majeure partie des saisies des douanes se fait sur l’autoroute A10, un axe prisé des trafiquants puisqu’elle est la voie la plus rapide pour rallier l’Espagne à l’Ile-de-France ou aux pays du Nord de l’Europe. Les gendarmes de la Vienne sont également très actifs pour dépister les trafiquants. En février dernier, ils ont notamment saisi 4,4kg de cocaïne dans une voiture à Poitiers. Là encore, la drogue n’était pas destinée aux réseaux poitevins, mais à la filière niortaise.
Marc-Antoine Lainé le 16/04/18

Programmes de Cinéma Le Trou On a 20 ans pour changer le monde Place publique

Publicité

Les dépêches

23/04/2018
Relations clients : Aquitel recrute 120 salariés Lire la suite
23/04/2018
Festival du film d'éducation : la liste des projections tous publics Lire la suite
23/04/2018
Dix réfugiés à l'arrivée du Raid de Grand Poitiers Lire la suite
23/04/2018
Politique - Jean-Michel Clément quitte La République en Marche Lire la suite
22/04/2018
Rugby - Pas de miracle pour le Stade poitevin Lire la suite
22/04/2018
Hand - Nationale 3 F : Un nul qui n'arrange pas le TAC Handball Lire la suite
22/04/2018
Football (N3) - Poitiers et Libourne se neutralisent (1-1) Lire la suite
Archives

    Publicité


    Sondage

    Que pensez-vous de Luminous Memento, l'oeuvre mémorielle érigée en centre-ville de Poitiers ?
    •  
    •  
    •  
      les rubriques informations pratiques