Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Sam. 6 oct. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 20h45 - Sexe, magouilles et culture générale de Laurent Baffie par la Pirouette Théâtre (59)
  • Vend. 5 oct. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 20h45 - Sacrées canailles de Charles Istace par les Utopistes (37)
  • Sam. 29 sept. FESTI86/THÉÂTRE AMATEUR - 14h45 - Les amis du placard de Gabor Rassov par La Belle équipe (Paris), suivi de A ta santé Hubert, de Claude Cohen par Vestiaire des filles (Castres)


Enquête


Transports :

Pari (presque) réussi pour les cars Macron

Trois ans après la libéralisation du secteur du transport en autocar, les compagnies low-cost affichent des taux de croissance exceptionnels. Grâce à leur haut niveau de service et à leurs prix attractifs, les cars Macron font plus que jamais de l’ombre aux moyens de transport concurrents, TER en tête.

Plus de dix millions de voyageurs. En 2017, les « cars Macron » ont attiré 60% de clients de plus que l’année précédente. Flixbus, Ouibus et Eurolines trustent aujourd’hui ce marché ouvert en août 2015, grâce à une loi portée par l’actuel Président de la République, alors ministre de l’Economie. En moins de trois ans, les compagnies d’autocars low-cost se sont imposées comme une alternative au train et au covoiturage, qu’elles combattent grâce à des tarifs défiant toute concurrence. « Un trajet en car coûte en moyenne 30% de moins que le même en covoiturage, souligne Yvan Lefranc-Morin, directeur général de Flixbus. Nos prix sont en outre deux à trois fois moins élevés que ceux de la SNCF. Certains trajets TGV coûtent même six fois plus cher que le car. »

A force de casser les prix, les compagnies ont conquis une clientèle jusqu’alors réticente aux longues heures de bus. « Nous avons également su casser l’image de l’autocar vieillot, en nous dotant de véhicules neufs, confortables et bien équipés. Les clients sont séduits par notre niveau de service, supérieur à celui du train. L’actualité prouve d’ailleurs que le réseau ferré n’est pas très efficace et pourtant coûteux. » Sur ce point, les compagnies guettent les décisions gouvernementales concernant les petites lignes ferroviaires. Le Premier ministre Edouard Philippe a écarté les préconisations du rapport Spinetta recommandant la fermeture des petites lignes TER, qui représentent 30% du réseau, mais ne transportent que 2% des usagers du rail. Le Président de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset souligne pour sa part « l’importance de ces lignes pour le désenclavement ». Mais l’ouverture d’un tel marché serait une formidable opportunité pour les autocaristes, en quête de rentrées financières supplémentaires pour atteindre la rentabilité.

La rentabilité en ligne de mire

Car derrière les belles statistiques communiquées par l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières, se cachent des bilans financiers dans le rouge vif. Le compagnie Megabus, qui employait 175 personnes en France, a d’ailleurs été contrainte de déposer le bilan dès novembre 2016. Les « survivantes » Ouibus, Eurolines et Flixbus entendent « démocratiser davantage » leur service pour devenir rentables. « Nous devrions atteindre l’équilibre à l’horizon 2019, indique le service communication de Ouibus, qui appartient à 95% à... la SNCF. D’ici là, nous continuerons d’ouvrir de nouvelles lignes pour densifier notre offre. Deux nouvelles destinations seront d’ailleurs disponibles au départ de Poitiers à partir du printemps : Royan et Rochefort. »

En prolongeant sa ligne Paris-La Rochelle pour la saison estivale, Ouibus vient jouer des coudes avec... le TER. Une posture pour le moins surprenante, qui s’explique notamment par une volonté d’anticiper la stratégie des autocaristes concurrents. De là à s’installer sur les petites lignes, il n’y a qu’un pas. Reste que la loi interdit aux compagnies, sauf dérogation, de commercialiser des trajets de moins de 100km. Ouibus est néanmoins parvenue, en accord avec l’Arafer, à développer des liaisons entre la métropole lyonnaise et les villes alentours (Saint-Etienne, Grenoble, Chambery) pour faciliter l’accès à l’aéroport de Lyon. Ouvrant ainsi une brèche sur les trajets courts, dans laquelle pourrait rapidement s’engouffrer les autres compagnies.

Marc-Antoine Lainé le 06/03/18

Programmes de Cinéma Comme des rois En Guerre Everybody knows

Publicité

Les dépêches

20/09/2018
Le projet de territoire présenté ce soir Lire la suite
19/09/2018
Basket/coupe de France - Le PB sans souci à La Rochelle (74-62) Lire la suite
19/09/2018
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une information judiciaire Lire la suite
18/09/2018
Radio - Edouard Baer s'invite à Poitiers le 30 septembre Lire la suite
18/09/2018
Nouaillé-Maupertuis : pétition en ligne pour la sécurisation du carrefour Lire la suite
17/09/2018
Un appel à témoins après la collision boulevard de Pont-Achard Lire la suite
16/09/2018
Rugby : le Stade poitevin s'impose face au Club ominisports couronnais Lire la suite
Archives

    Publicité


    Publicité
      les rubriques informations pratiques