Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >




Bloc-notes

  • • Jusqu’au 13 juillet, « Quand l’architecture efface le handicap », à la Maison de l’Architecture.

Enquête


Musique :

Sofia Da Silva, la puriste

Installée à Poitiers depuis 2010, Sofia Da Silva se produit régulièrement dans les bars et festivals de la région. Un temps promise à une carrière internationale, la jeune DJ a pris ses distances avec le monde de la nuit, qu’elle juge trop sexiste. Et ne regrette aucunement son choix.

Elle aurait pu devenir une star internationale. « Mais pas pour les bonnes raisons », tranche-t-elle. Originaire du Portugal, Sofia Da Silva s’est découvert une passion pour le mix à l’âge de 16 ans. Ses premiers « sets », elle les fait dans les clubs de Genève, oùelle a vécu jusqu’en 2010. « Ma mère me signait régulièrement des décharges pour que je puisse jouer, alors même que j’étais mineure », sourit-elle.

Passée maître dans l’art du mix sur platine vinyle et fine connaisseuse des courants techno, minimal et trance, la jeune artiste a enchaîné les dates pendant plusieurs années. « Les programmateurs me contactaient sans que je n’ai besoin de les démarcher. Je me produisais parfois trois soirs de suite. J’étais en passe de pouvoir vivre de ma passion. » Jusqu’à ce que la raison l’emporte. « J’ai totalement déchanté lorsque je me suis rendu compte que j’étais considérée comme un objet. Le milieu de la nuit est très sexiste. Il est difficile de se faire respecter. Les programmateurs confondent parfois le talent artistique et l’enveloppe charnelle que l’on peut représenter. »

Un live en préparation

En 2010, Sofia Da Silva décide de tout plaquer pour reprendre ses études... à Poitiers. « En parallèle de mon activité de DJ, je travaillais dans le monde de la finance à Genève. Après la crise financière de 2008, j’ai décidé de changer de voie. » Débarquée sur les rives du Clain pour suivre un Master en économie sociale et solidaire à l’université de Poitiers, l’artiste se tisse un réseau auprès des acteurs culturels poitevins. « J’ai rencontré d’autres DJs, qui sont devenus mes amis. J’aime me produire dans des petits bars, où les gens viennent pour danser. Voir le public sourire et passer un bon moment est la seule chose qui me motive à faire de la musique. »

Le Plan B est devenu son QG. Sofia Da Silva s’y produit régulièrement et « laisse (ses) platines sur place pour que les jeunes artistes puissent les utiliser ». Loin, très loin du business faramineux des DJs stars, la « Poitevine d’adoption » se dit épanouie. Son prochain projet ? « Créer un spectacle « live » où je serai entourée de musiciens, dans un style plus proche de l’electronica ». Celle qui s’inspire beaucoup de Kraftwerk, The Hacker, Miss Kitin ou Jennifer Cardini rêve de se produire un jour sur la scène du Sónar Festival de Barcelone. À 32 ans, Sofia Da Silva entend également poursuivre l’un de ses premiers combats. Celui de défendre la place de la femme dans le monde de la nuit.

Retrouvez l’actualité de Sofia Da Silva sur sa page Facebook.

Marc-Antoine Lainé le 12/05/17

Programmes de Cinéma Baby Boss Baby Driver Bad Buzz

Publicité

Les dépêches

23/06/2017
Lycées - Force ouvrière menace la rentrée scolaire en ex-Poitou-Charentes Lire la suite
22/06/2017
Futuroscope - Les salariés de Dikéos lèvent le camp Lire la suite
22/06/2017
Carte scolaire : les dernières décisions avant la rentrée Lire la suite
22/06/2017
Sécheresse - Poitiers restreint l'usage de l'eau Lire la suite
22/06/2017
Justice - La ferme aux 1 200 taurillons remise en cause Lire la suite
22/06/2017
Force ouvrière dénonce la gestion de la canicule dans les collèges Lire la suite
22/06/2017
Futuroscope - Les salariés de Dikéos menacent le concert NRJ des 30 ans Lire la suite
Archives



      les rubriques informations pratiques