Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >




Bloc-notes

  • • Jusqu’au 13 juillet, « Quand l’architecture efface le handicap », à la Maison de l’Architecture.


Enquête


Chirurgie :

Le robot poitevin au service de la Libye

Pour la première fois, des médecins et infirmiers libyens vont se former aux techniques chirurgicales à Poitiers. Ils bénécieront des dernières technologies mises au point par les chercheurs de Robioss. Parmi elles, un robot à capteurs de mouvements.

Entre la Libye et le chirurgien poitevin Jérôme Cau, l’aventure continue. Souvenez-vous, en février 2014, le « 7 » (n°205) racontait l’histoire de ce « médecin sans frontières », membre du laboratoire Inserm Irtomit et chef du service de chirurgie vasculaire et de transplantation rénale de l’hôpital de... Benghazi. Témoin privilégié de la révolution libyenne, il évoquait sa volonté de créer là-bas une école de chirurgie. En attendant que son projet se réalise, le praticien lance un partenariat unique en son genre, à Poitiers.

Au dernier trimestre 2017, une trentaine de médecins et infirmiers originaires des trois principales villes libyennes iront en Tunisie puis à Poitiers pour perfectionner leurs techniques chirurgicales. Mis en œuvre par l’ONG Acted, ce dispositif sera financé par l’Union européenne et le ministère des Affaires étrangères. L’objectif ? Subvenir aux besoins d’un pays qui peine à se réorganiser.

Le robot corrige les gestes
Ces stagiaires très spéciaux bénéficieront d’innovations élaborées à Poitiers comme ce robot capable de reproduire des gestes de cœliochirurgie. Il est actuellement développé par l’institut Pprime et plus particulièrement par l’équipe Robioss de Saïd Zeghloul, qui a travaillé en partenariat étroit avec le même Jérôme Cau pour parvenir à un résultat étonnant. Grâce à plusieurs capteurs et caméras, il compare les mouvements de l’apprenti chirurgien avec ceux préenregistrés d’un expert et les corrige en temps réel. Aux manettes, le praticien ressent chaque effort, les tensions comme les résistances. « Ce système permet d’acquérir la sensibilité nécessaire lors des opérations. C’est une question de proprioception », précise Jérôme Cau.

En parallèle, les médecins libyens perfectionneront leur technique sur des cadavres revascularisés grâce à la plateforme Simlife (n°295) développée par le laboratoire d’anatomie de Poitiers. Au final, cette collaboration originale devrait aboutir à la création d’une certification valable en France, en Libye et en Tunisie.

Une startup bientôt créée
Le robot développé sur la Technopole du Futuroscope est dédié à la formation des futurs chirurgiens, mais pas seulement. Il a aussi vocation à opérer. Léger et compact, cet appareil dispose d’un préhenseur universel (une pince sophistiquée, ndlr) qui s’adapte à tous les instruments du marché utilisés au bloc. Ce système breveté permettra de réaliser de sérieuses économies à l’usage. Sa commercialisation n’a pas encore débuté. « Nous travaillons avec la société d’accélération de transfert de technologie (Satt) pour lancer une start-up qui s’occupera de cet aspect », précise Saïd Zeghloul, directeur de l’équipe Robioss. A suivre.
Romain Mudrak le 23/05/17

Reportage photo
Programmes de Cinéma Les Hommes du feu Les Schtroumpfs et le village perdu Marie-Francine

Publicité

Les dépêches

27/06/2017
Jean-Pierre Raffarin se retire de la "politique élective" Lire la suite
26/06/2017
Santé - L'ARS lance une campagne de dépistage anti-tuberculeux dans les écoles Lire la suite
26/06/2017
Emploi - Le chômage repart à la hausse dans la Vienne Lire la suite
26/06/2017
Poitiers - Un double concours d'éloquence et de plaidoirie mercredi Lire la suite
26/06/2017
Indycar - Pagenaud perd du terrain sur Dixon Lire la suite
26/06/2017
Cyclisme - Sylvain Chavanel au départ de son 17e Tour Lire la suite
25/06/2017
Basket - 3x3 - La France qualifiée pour le championnat d'Europe Lire la suite
Archives

    Publicité


      les rubriques informations pratiques