Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes



Enquête


Face à face :

Audrey, le jour d'après

Audrey Joumas. 32 ans. Révélée à la face du monde par l’émission The Voice. Chanteuse du groupe poitevin Audrey et les Faces B. Educatrice de jeunes enfants à la ville. Et heureuse. Définitivement.

Jamais son portable n’avait autant sonné. Jamais sa voix éraillée et sa personnalité solaire n’avaient autant attiré les regards. Oui, il y aura un avant et un après 4 mars 2017. D’une certaine manière, The Voice a (déjà) chamboulé sa vie. Avant son passage cathodique à une heure de très grande écoute, Audrey Joumas jouissait d’une notoriété limitée. Après, son aura semble illimitée. « J’ai reçu un nombre incroyable de messages de partout, auxquels je prends le temps de répondre. Dès le lundi, nous avions des propositions de boulot pour le groupe, en Belgique, dans le sud-est de la France. Nous allons peut-être faire Au Fil du son aussi… » 

Audrey se frotte les yeux pour y croire, elle qui a enregistré les auditions à l’aveugle en novembre dernier. Comme si elle était victime (heureuse) d’une sorte de décalage horaire dans cette deuxième naissance artistique. Et pourtant, l’éducatrice de jeunes enfants -à la crèche Petidom de Quinçay- a d’abord refusé poliment les avances de la super-production de TF1. « La télé, les caméras, les projecteurs, ça ne me ressemble pas. J’aime partager avec les gens en direct. Même si je fais de la scène, je suis assez pudique. » De fil en aiguille, la Réunionnaise de naissance s’est laissée convaincre de la nécessité d’« y aller ». De se « mettre en danger ». De « sortir de sa zone de confort ». Seule condition : avoir l’accord des garçons. Ceux-là même qu’elle a rencontrés un soir de « bœuf » au Pince Oreille. Elle était alors étudiante à l’Institut régional du travail social. 

« Tout part de l’enfance »

Vous connaissez la suite… Enfin, pas tout à fait puisque les « battles » se dérouleront mi-avril. Enrôlée dans l’équipe de Zazie, Audrey connaît déjà l’issue de son « affrontement » avec un(e) autr(e) candidat(e). Mais motus et bouche cousue jusqu’à la diffusion. Du reste, son rire communicatif ne trahit aucun secret d’alcôve. Alors, on n’insiste pas. Réduire son parcours à ce fameux 4 mars serait d’ailleurs injuste. Ses racines sont profondes et ancrées. Aussi loin qu’elle se souvienne, entre île de la Réunion et Dordogne, la fille de pilote de ligne et de greffière a « toujours ri et chanté ». « Tout part de l’enfance, j’en suis persuadée. Il se trouve que mes parents m’ont laissé permis de m’épanouir, d'exprimer ma créativité. » Elle retrouve, dans les bouts de chou dont elle a la responsabilité, un peu de son âme d’enfant. Une certaine forme d’insouciance. Au surlendemain de sa prestation, certains lui ont offert un éventail (*). « J’ai failli pleurer, mais je me suis retenue ! » 

Jouer à La Réunion

A bientôt 33 ans, Audrey Joumas est « assez contente de la femme qu'elle est devenue ». Entre musique et boulot, son épanouissement frôle le contentement. Face B comme bonheur. « Aujourd’hui, j’aime les choses simples, je me nourris des petits plaisirs du quotidien. Avec la sophrologie, j’ai aussi appris à moins me plaindre et à davantage profiter de la vie. » De là à dire qu’elle fut par le passé une « chianteuse », il y a un gap ! « Je ne me rappelle plus quel musicien m’avait appelé comme ça. Mais c’était juste pour souligner que j’étais la seule nana dans un groupe de garçons. » Dans ses rêves « avouables », cette grande admiratrice d’Ella Fitzgerald confie vouloir « jouer un jour à La Réunion ». Jusqu’alors, son porte-monnaie et son agenda booké l’en ont empêchée. Demain, qui sait… Au passage, son récent voyage en Sicile lui a rappelé « des odeurs et des couleurs » semblables. Une ambiance de communion entre les gens, aussi. La même qu’après sa reprise de Just Can’t Get Enough. Elle a mis tout le monde d’accord. « Après, on est de plus en plus dans une société Kleenex. On prend, on jette. Alors, on verra la suite. Le plus difficile, c’est de durer… »

(*) Accessoire qu’elle arbore sur scène. 

 

Arnault Varanne le 26/03/17

Programmes de Cinéma Le Meilleur de la Quinzaine // Un beau soleil intérieur Le Meilleur de la Quinzaine // L'Intrusa À la découverte du monde

Publicité

Les dépêches

22/09/2017
Basket - Le PB s'impose à Quimper (94-82) Lire la suite
22/09/2017
LGV - Les mesures acoustiques démarreront mercredi dans la Vienne Lire la suite
21/09/2017
Basket - Ibrahima Fall Faye avec le PB86 à Quimper Lire la suite
21/09/2017
Education - Un 35e collège envisagé dans la Vienne Lire la suite
21/09/2017
Sécurité routière - 12 permis retirés le week-end dernier Lire la suite
20/09/2017
Donnez votre sang vendredi et samedi Lire la suite
20/09/2017
Eby Amara en dédicace ce samedi Lire la suite
Archives

    Publicité


    Publicité
      les rubriques informations pratiques