Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Jusqu’au 22 décembre, « Smartland », à la Maison de l’Architecture.


Société

Social

Le refuge des avocats en péril

Revenus modestes, pression incessante... De plus en plus d’avocats vivent mal leur métier. A Poitiers, le barreau a créé une cellule d’aide pour prévenir les situations de crise et inciter les confrères à parler de leurs difficultés.

En France, un avocat sur cinq vit mal de sa profession. Au barreau de Poitiers, le ratio est moins élevé, mais les statis- tiques reflètent tout de même une tendance à la paupérisation de la profession. Une vingtaine de conseils se trouvent actuelle- ment en souffrance économique sur les trois cent vingt-sept ins- tallés. Deux dépôts de bilan ont récemment été enregistrés avec, à chaque fois, une période de redressement judiciaire encore en cours.

Contrairement aux idées reçues, les avocats pauvres existent bel et bien. Et le phénomène prend de l’ampleur. Si bien que la Conférence nationale des bâtonniers a organisé une session de formation sur ce thème, début juin à Poitiers. Dans son propos introductif, le président Yves Mahu a avancé une explication : « La démographie est galopante. Dans les facultés de Droit, on pense encore que le métier d’avocat nourrit aisément son homme. Ce n’est pas le cas. » Il en a profité pour appeler ses collègues à « aller à la rencontre des étudiants pour leur expliquer la réalité du métier ». De son côté, le bâtonnier de Poitiers, Thomas Drouineau, constate que ses « jeunes confrères s’orientent souvent vers des spécialités déjà bouchées, comme le droit pénal où ils se retrouvent, de plus, faiblement indemnisés par l’aide juridictionnelle ». Dans d’autres cas encore, ces experts du droit se découvrent incapables de gérer l’entreprise ordinaire qu’est leur cabinet.

Echanges informels
Quelles que soient les raisons invoquées, une chose est sûre : les barreaux locaux ont le de- voir, à la fois légal et moral, de détecter les difficultés de leurs confrères. Dans une profession autorégulée comme celle d’avocat, c’est l’usage. Et la tâche des bâtonniers n’est pas simple, car les professionnels sont plutôt avares de confidences sur leurs propres difficultés.

Pour les aider, les autorités peuvent compter sur les informations provenant de nombreux organismes et du fisc concernant le non-paiement de cotisations et de charges. A Poitiers, la « Maison des avocats » abrite depuis un an et demi la « Casa », autrement dit la Cellule d’aide et de soutien aux avocats. Deux confrères, reconnus pour leur discrétion et leur loyauté, sont chargés de veiller sur les autres.

« Ce ne sont ni des psys, ni des coaches, mais un peu des deux, explique Me Drouineau. Ils donnent des conseils autour d’un café pris au bar du coin ou orientent certains confrères isolés vers moi. Je les reçois alors en toute confidentialité. » Le barreau peut ensuite leur octroyer une aide exceptionnelle, tirée des caisses locales ou nationales. Une manière de surmonter une mauvaise passe.

Romain Mudrak le 21/06/17

Programmes de Cinéma Makala Marvin ou la belle éducation Mémoires d'un condamné

Publicité

Les dépêches

16/12/2017
Football - Poitiers renoue avec le succès face à Mérignac Lire la suite
16/12/2017
Volley - Le CEP-Saint-Benoît s'incline face à Mougins (0-3) Lire la suite
15/12/2017
Basket - Pas d'exploit pour le PB face à Roanne (74-91) Lire la suite
14/12/2017
Futuroscope - Dominique Hummel tirera sa révérence en mars 2018 Lire la suite
13/12/2017
Poitiers - Le tribunal valide la vente de l'ancien théâtre Lire la suite
13/12/2017
Tennis de table - Le TTACC 86 dompte Saint-Quentin (3-1) Lire la suite
13/12/2017
Poitiers - La communauté musulmane réagit aux propos de Donald Trump sur Jérusalem Lire la suite
Archives



    Publicité

    Sondage

    Que pensez-vous de Luminous Memento, l'oeuvre mémorielle érigée en centre-ville de Poitiers ?
    •  
    •  
    •  
      les rubriques informations pratiques