Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Jusqu’au 22 décembre, « Smartland », à la Maison de l’Architecture.


Société

Social

Ekidom, déjà l'effusion

Un ancien salarié d’Ekidom a lancé une pétition adressée à la direction du bailleur social. D’après lui, les conditions de travail des salariés se sont fortement dégradées depuis la fusion entre Sipéa et Logiparc, le 1er janvier dernier.  

Il se définit comme un « lanceur d’alerte ». Ancien responsable du pôle « Qualité et Responsabilité sociale des entreprises » du bailleur social Ekidom, Damien Mazeau a créé, vendredi dernier, une pétition sur change.org, dans laquelle il s’« indigne de la situation professionnelle et sociale » des salariés depuis la fusion entre Sipéa et Logiparc, le 1er janvier dernier.

Damien Mazeau regrette que la fusion soit finalement une « absorption agressive » de Sipéa par Logiparc. Chiffres à l’appui, il étaie son propos : « Il ne reste plus aucun directeur ex-Sipéa. Depuis l’annonce de la fusion, 30% des cadres, 18% des agents de maîtrise et 13% des employés administratifs sont partis, hors départ à la retraite et fin de contrat en CDD. »

Des chiffres qui ne reflètent en rien la réalité selon la direction d’Ekidom. Elle fait état de 6% de départs sur l'ensemble des salariés (223 au total), depuis le 1er janvier. « Les raisons varient d’un cas à l’autre : rapprochement familial, volonté de changer d’emploi, mutation du conjoint, détaille Stéphanie Bonnet, directrice générale d’Ekidom. Pour ce qui est du comité de direction, il est en fait constitué de trois directeurs ex-Logiparc, deux directeurs ex-Sipéa et deux directeurs issus d’un recrutement extérieur. »

170 signatures

Pour Daniel Hofnung, président d’Ekidom, cette pétition résulte de la « volonté de nuire gravement à l’entreprise ». « A aucun moment, ce monsieur nous a fait part de cette supposée souffrance. Ni à moi, ni à madame Bonnet, ni à la DRH. » «  Il faut qu’il sache que cette pétition est vécue comme une prise d’otage par les salariés d’Ekidom. Ils ne se reconnaissent pas dans la situation décrite », ajoute Stéphanie Bonnet  

La pétition a néanmoins recueilli 170 signatures en quatre jours. D’anciens salariés de Sipéa, comme Christelle Papot, fustigent la manière dont a été mené le rapprochement. « Il aurait pu être une réussite s'il avait été pensé intelligemment, anticipé à temps, avec un planning suffisant pour se préparer à ce changement. J’ai fait le choix de quitter ce navire en démissionnant, n’ayant pas envie de sombrer. »

De son côté, la direction d’Ekidom affirme qu’il s’agit « d’un petit cercle d’anciens employés entourés de leurs familles et amis ».  Une assemblée générale devrait être organisée dans les prochains jours. Stéphanie Bonnet le promet : « Si la volonté est de nous diviser, nous n’allons pas entrer dans ce jeu. »

Florie Doublet le 14/03/17

Programmes de Cinéma We blew it Chavela Vargas En attendant les hirondelles

Publicité

Les dépêches

15/12/2017
Basket - Pas d'exploit pour le PB face à Roanne (74-91) Lire la suite
14/12/2017
Futuroscope - Dominique Hummel tirera sa révérence en mars 2018 Lire la suite
13/12/2017
Poitiers - Le tribunal valide la vente de l'ancien théâtre Lire la suite
13/12/2017
Tennis de table - Le TTACC 86 dompte Saint-Quentin (3-1) Lire la suite
13/12/2017
Poitiers - La communauté musulmane réagit aux propos de Donald Trump sur Jérusalem Lire la suite
13/12/2017
Vivonne - Un détenu tente d'incendier sa cellule Lire la suite
12/12/2017
Volley - Le Stade s'impose à Nice (3-1) Lire la suite
Archives



    Publicité

    Sondage

    Que pensez-vous de Luminous Memento, l'oeuvre mémorielle érigée en centre-ville de Poitiers ?
    •  
    •  
    •  
      les rubriques informations pratiques