Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Vendredi 27 juillet - 21h Venez observer l'éclipse de Lune à Sèvres-Anxaumont (accès route de Bignoux, chemin de la déchetterie).

Vie locale

Santé

Fin de vie - "Gérer la douleur et la frustration des proches, ce n’est pas facile."

L’Espace de réflexion éthique du groupe hospitalier Nord Vienne organise, ce jeudi, une conférence autour de « la place du mourant à l’hôpital ». Eléments de réponse avec Isabelle Gaillard, Maria Claudio et Sonia Fougère (*), trois professionnelles de santé au cœur du sujet.

Existe-t-il un protocole précis de l’accompagnement des personnes en fin de vie ?
« Tout dépend du patient. Dans un premier temps, un médecin informe le malade des résultats de ses examens et des suites à donner. Le discours est adapté en fonction de ses réactions, de ses questionnements. Une infirmière spécialisée dans les « consultations d’annonce » peut ensuite revoir le patient et le diriger vers l’équipe mobile de soins palliatifs. Nous lui proposons de bénéficier d’un accompagnement avec un psychologue et/ou un sophrologue. Il peut refuser cet accompagnement dans un premier temps puis la réclamer et vice-versa. »

La famille du malade bénéficie-t-elle d’un soutien particulier ?
« Les besoins et questions des patients concernés peuvent être tout à fait différents des attentes des familles. Certains ont déjà fait leur chemin et sont prêts à mourir alors que l’entourage réclame des soins à tout prix. A l’inverse, des proches nous parlent d’euthanasie, pour que les souffrances soient les plus brèves possibles. Il faut nouer un dialogue, trouver un moyen d’appréhender les choses, expliquer ce qu’on ne peut légalement pas faire… Tout cela est très délicat. »

Est-ce que le personnel soignant a réponse à toutes les questions ?
« Non. C’est d’ailleurs tout l’intérêt de la conférence. La question qui revient le plus fréquemment est « Combien de temps lui reste-t-il ? ». La vérité, c’est qu’on ne le sait pas toujours… Gérer la douleur et la frustration des proches, ce n’est pas facile. Ils attendent de nous des choses qu’on ne peut pas leur donner. »

(*) Respectivement cadre en imagerie, infirmière de l'équipe mobile de soins palliatifs et psychologue

Jeudi 19 janvier, à 18h, au Centre Hospitalier de Châtellerault (salle de Convivialité du « village »). Gratuit.

 

Florie Doublet le 20/01/17

Programmes de Cinéma L'Île aux chiens // en version française La Révolution silencieuse La sorcière dans les airs

Publicité

Les dépêches

19/07/2018
10 bougies pour le festival Zaka Lire la suite
19/07/2018
Basket/Pro B - Jay Threatt de retour aux affaires à Poitiers Lire la suite
19/07/2018
La ministre des Transports Elisabeth Borne favorable à une autoroute Poitiers-Limoges Lire la suite
18/07/2018
Quand Le Gorafi se paie (gentiment) Poitiers Lire la suite
17/07/2018
Faits divers - Près de 20 kg de résine de cannabis saisis près de Vivonne Lire la suite
17/07/2018
La ministre des Transports Elisabeth Borne favorable à une autoroute Poitiers-Limoges Lire la suite
16/07/2018
Le projet de village de marques à Sorigny rejeté par la CDAC Lire la suite
Archives

    Publicité


    Publicité
      les rubriques informations pratiques