Publicité
Accueil
Flash info
Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes

  • Jusqu’au 22 décembre, « Smartland », à la Maison de l’Architecture.


Société

Fin de vie

« Soulager, mais pas tuer » s’inquiète

Le collectif « Soulager mais pas tuer » a réagi au rapport sur la fin de vie présenté, ce matin, à l’Elysée par Jean Léonetti et Alain Claeys. Il s’inquiète du contournement des mots « euthanasie » et « suicide assisté » sous l’expression « sédation profonde et continue jusqu’au décès ».

« Ceci confirme la menace d’une euthanasie déguisée », dénonce le collectif, qui poursuit : « La sédation en phase terminale, prenant le risque d’accélérer exceptionnellement la survenue du décès, peut être légitime. En revanche, une sédation qui a pour intention et résultat de provoquer rapidement la mort est une euthanasie. Jouer avec ces mots, c’est introduire une grave confusion qui risque d’insécuriser les patients qui douteront de l’intention réelle de ceux qui les soignent. »
Concernant les directives anticipées, « Soulager mais pas tuer » précise que « les rendre « contraignantes » n’est acceptable que si l’on privilégie toujours le dialogue entre soignants et soignés ». « La focalisation du débat sur ces questions présente un risque majeur, conclut le collectif. Celui de favoriser, de façon systématique et déshumanisée, l’application de protocoles de fin de vie anesthésiques répondant à l’angoisse, non plus par une écoute et par un accompagnement, mais par un endormissement anticipé coupant toute conscience et tout relation. »
Le mouvement considère toutefois « positive » l’annonce de François Hollande de développer les soins palliatifs avec la mise en place d’un plan triennal, « une priorité attendue depuis 2012 par tous les Français ». « L’abstention du gouvernement sur ce sujet n’a que trop duré : il faut passer aux actes. »

 

L’ADMD dénonce une « mascarade »
Pour Françoise Casado, déléguée départementale de l’Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité, la proposition de loi est une « mascarade ». « Le fait de rendre contraignantes les directives anticipées ne change pas grand-chose à la loi Léonetti, assure-t-elle. Car en l’absence de clause de conscience, le médecin n’aura pas d’obligation à demander à un autre d’agir à sa place, si lui-même refuse d’injecter le sédatif. » Elle ajoute : « Encore une fois, la proposition est trop frileuse. Elle n’a que le mérite de « déculpabiliser juridiquement » le corps médical. Mais pourquoi ne pas convenir, enfin, d’une dépénalisation conditionnelle de l’euthanasie ? »
Par ces propos, l’ADMD rejoint la position de la députée écologiste du Nord-Vienne Véronique Massonneau, qui proposera, le 29 janvier prochain, une loi visant à assurer aux patients le respect de leur choix de fin de vie. A travers elle, elle souhaite que « l’on ouvre enfin le débat sur l’euthanasie pour celles et ceux qui la demandent, et sur le suicide assisté ». « La concrétisation de l’engagement 21 du président de la République ne peut se faire a minima », ajoute-t-elle.

 


Programmes de Cinéma Chavela Vargas En attendant les hirondelles L'intelligence des arbres

Publicité

Les dépêches

15/12/2017
Basket - Pas d'exploit pour le PB face à Roanne (74-91) Lire la suite
14/12/2017
Futuroscope - Dominique Hummel tirera sa révérence en mars 2018 Lire la suite
13/12/2017
Poitiers - Le tribunal valide la vente de l'ancien théâtre Lire la suite
13/12/2017
Tennis de table - Le TTACC 86 dompte Saint-Quentin (3-1) Lire la suite
13/12/2017
Poitiers - La communauté musulmane réagit aux propos de Donald Trump sur Jérusalem Lire la suite
13/12/2017
Vivonne - Un détenu tente d'incendier sa cellule Lire la suite
12/12/2017
Volley - Le Stade s'impose à Nice (3-1) Lire la suite
Archives



    Publicité

    Sondage

    Que pensez-vous de Luminous Memento, l'oeuvre mémorielle érigée en centre-ville de Poitiers ?
    •  
    •  
    •  
      les rubriques informations pratiques