Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes



Economie

Agroalimentaire

Filière lait  : le changement, c'est maintenant  !

Coopératives et producteurs de lait vivent actuellement une véritable mutation vers une production à forte valeur ajoutée. En jeu ? L'amélioration de la rentabilité de ces activités et la lutte contre l'exode des éleveurs isolés.

Ceci est une révolution... Les experts de la question agricole en région l'ont remarqué depuis longtemps, mais le reste de la population, pas forcément. Depuis plusieurs mois, la filière du lait en Charentes-Poitou (bassin composé du Poitou-Charentes, de la Vendée et de la Haute-Vienne) modifie complètement sa stratégie en matière de débouchés.

« Jusqu'à présent, notre production était essentiellement vendue sous la forme de lait, beurre ou poudre, sous des marques de distributeurs... Bref, des produits basiques soumis aux grands vents de la mondialisation. Désormais, les professionnels s'orientent davantage vers des produits marketés, transformés, à forte valeur ajoutée », explique Philippe de Guénin, directeur régional de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt (Draaf). Les récents rapprochements des coopératives Eurial et Agrial, ou encore de Terra Lacta et de Bongrain (55% des collectes à eux quatre), s'inscrivent dans cette logique.

Exploitations géantes
Dans un secteur qui pèse lourd dans l'économie régionale (15 200 emplois et 1 950M€ de chiffre d'affaires), les observateurs s'accordent à dire que cette évolution est salutaire. L'ensemble des acteurs sont concernés. Côté producteurs, le mouvement de concentration va dans le même sens. Selon l'Insee, au cours des dix dernières années (1990-2010), le nombre d'exploitations de vaches laitières (2 870) a chuté de 40%, tandis que l'effectif animal n'a diminué que de 16%. C'est encore plus marquant dans l'élevage caprin. Alors que le nombre d'exploitations a dégringolé de 33%, le nombre de chèvres a, lui, progressé de 18%. En moyenne, un éleveur de Charentes-Poitou possède 64 hectares et 260 chèvres, soit 80 bêtes de plus que la moyenne nationale. En outre, le progrès technique, la sélection génétique et la qualité de l'alimentation ont permis de stabiliser, voire d'accroître la production (-3% de lait de vache  ; +39% de lait de chèvre).

Reste à savoir si Charentes-Poitou saura renouveler ses forces vives. Sous notre climat, les pâturages sont rares. Les animaux sont donc surtout nourris de maïs ensilage. Si on ajoute à cela la main-d'œuvre plus importante, le lait est plus cher à produire ici qu'ailleurs. Certes, le prix du litre augmente, mais moins vite que celui des céréales en ce moment. Certains adeptes de la polyculture élevage pourraient être tentés de choisir la moissonneuse plutôt que la trayeuse. Sans oublier que la transmission de ces exploitations géantes coûtera un bras au repreneur. Sauf à ce qu'il s'associe avec d'autres... Une solution pour l'avenir  ?

Image : Troupeau de Saanen - D. Hardy (extrait de Décimal n°333 de décembre 2013)

Romain Mudrak le 10/12/13

Programmes de Cinéma Comme des rois Diamantino En Guerre

Publicité

Les dépêches

13/12/2018
Urgence attentat - La sécurité renforcée dans la Vienne Lire la suite
12/12/2018
Volley/coupe de France - Le SPVB file en quart de finale Lire la suite
12/12/2018
Gratuité des transports publics - Yves Jean demande deux journées de réflexion Lire la suite
12/12/2018
Les avocats du barreau de Poitiers dans la rue ce matin Lire la suite
11/12/2018
Un restaurant sur le site du futur palais de justice Lire la suite
11/12/2018
Gilets jaunes - Pour Sébastien Lecornu, "le temps est à l'apaisement" Lire la suite
11/12/2018
Mouvement social - La préfecture maintient certaines interdictions jusqu'à demain matin Lire la suite
Archives

    Publicité


      les rubriques informations pratiques